Accueil » Presse » La presse parle de nous

Les Terrines du Barrois - Sur la bonne

Les Terrines du Barrois - Sur la bonne Zoom sur Les Terrines du Barrois - Sur la bonne

Depuis 14 ans à Vavincourt, les Terrines du Barrois, l’entreprise de Jérôme Hatoy, va quitter son site historique pour prochainement s’installer à Petit Rumont, au bord de la Voie sacrée.

Objectif : séduire les touristes !

 

Il a le sourire, Jérôme Hatoy, d’abord car c’est dans sa nature, puis parce qu’en tant qu’entrepreneur, il a mangé son pain noir et apprécie désormais d’y étaler de la confiture de grattecul ou de la rillette de Saint-Jacques.

Deux produits parmi les 60 recettes que les Terrines du Barrois cuisinent puis commercialisent. Employant 7 personnes, produisant 350.000 pots à l’année pour un chiffre d’affaires annuel de 650.000 euros (hors taxe), l’entreprise sise à Vavincourt va dans l’année se délocaliser… À 6,3 kilomètres de là, à Petit Rumont, au bord de la Voie sacrée, une aubaine ! « Nos locaux actuels à Vavincourt font 225 m² et ceux au Petit Rumont en font 700, il s’agit d’un ancien garage. Là-bas, la construction vient de commencer, j’ai demandé que n’interviennent que des entreprises locales ; l’idée, désormais, est d’avoir rapidement un magasin fonctionnel afin de pouvoir y entrer avant les fêtes de fin d’année. L’emplacement est idéal, en terme de passage, nous sommes sur 3. 500 véhicules par jour. Le magasin fera 80 m², là où actuellement, il n’en fait que 13. Mais le déménagement du laboratoire, lui, ne se fera qu’en mai ou juin », explique Jérôme Hatoy.

 

« On travaillait au fond d’une grange »

 

Lequel regarde désormais en arrière sans nostalgie exacerbée mais sans pour autant renier les efforts consentis pour lever cette économie de la terrine en pots en plein c½ur de la Meuse. « Après avoir exercé mon métier de boucher dans plusieurs maisons du coin, je suis parti en Grèce, à Larissa, afin de valider un diplôme européen de cuisinier. Après quoi, j’ai démissionné en décembre 1999 de mon travail à la Ferme Auberge du Colombier, pour me lancer dans l’entreprise. J’ai donc monté les dossiers de création, suivi, entre autres, par Meuse Initiative puis c’était parti ! J’avais un associé à l’époque, on travaillait au fond d’une grange, ici à Vavincourt, dans un local agréé par la DSV. Au bout d’un an et demi, Clair de Lorraine, nous a demandé de lui fabriquer des produits, ça commençait donc à prendre, et comme nous étions à l’étroit, au bout de trois ans, nous avons décidé d’investir ici. Installation qui a coûté 170.000 euros. Les quatre premières années ont été très difficiles, heureusement que j’avais ma conjointe. Je ne me donnais pas de salaire, j’étais affilié à la CMU (couverture maladie universelle).

            À 45 ans, l’enfant de Vavincourt, loue le partenariat avec Vincent Ferry, fondateur de Clair de Lorraine, chantre de la gastronomie régionale et fédérateur d’artisans : « Par cet intermédiaire, cela fait que les Terrines du Barrois se retrouvent dans toutes les grandes et moyennes surfaces de Lorraine ». Une production estampillée, bien évidemment, des labels « La Lorraine, notre signature ! » et «  Meuse et Merveilles », et vendue aux trois quarts dans la région, « l’autre quart part dans le reste de la France, par l’intermédiaire de cavistes, c’est aussi pour cela que nous avons créé un site internet afin de développer la vente en dehors des frontières du territoire lorrain ». Jérôme Hatoy est décidément sur la bonne voie !

 

Clair de Lorraine, partenaire d’exception

 

L’entreprise Terrines du Barrois en tant qu’artisan producteur lorrain sélectionné par la société Clair de Lorraine, s’engage à ce titre à confectionner ses produits en région ; à accueillir, sur demande, les consommateurs qui souhaitent visiter le lieu de production ; à sélectionner rigoureusement les matières premières pour l’élaboration de produits de grande qualité ; à privilégier les fournisseurs locaux et régionaux ; à mentionner clairement sur les emballages la composition exacte du produit ; à respecter une méthode de fabrication traditionnelle respectueuse des arômes des matières premières ; à mettre toute sa passion d’artisan au service du meilleur produit possible ; et à perpétuer un savoir-faire qui valorise les recettes traditionnelles de la région.

 

 

Mathieu Bone - Est Républicain - 24 novembre 2014


| |
Découvrez la carte de nos adhérents !
Trouver un établissement
Devenez fan :)
Rejoignez-nous !
Accédez à notre site mobile
Agria Grand Est - La Lorraine notre signature
2 Rue du Doyen Marcel Roubault - Bâtiment Géologie - BP 10162 - 54505 Vand½uvre-lès-Nancy Cedex